Archive
Sugungga Danse

En bref...

Un spectacle de danse contemporaine où les jeunes spectateurs voient converger les traditions suisses et coréennes dans une épopée ludique.

Les horaires et tarifs...

  • Samedi 29 octobre 2016 à 17 h 00
  • Dimanche 30 octobre 2016 à 17 h 00

ludique et visuel...

Mais encore...

Concept et chorégraphie YoungSoon Cho Jaquet Jeu YoungSoon Cho Jaquet, Héloïse Heïdi Fracheboud (yodel), Alexandra Bellon (percussions) Scénographie Leslie Calatraba Costumes Birds of Paradise Dramaturgie Christophe Jaquet Assistanat Natacha Garcin Régie lumière Joana Oliveira Régie son Jérémie Conne Compagnie Nuna/YoungSoon Cho Jaquet (CH) Soutiens Ville de Lausanne, Affaires culturelles de l’Etat de Vaud, Corodis, Pour-cent cuturel Migros, Loterie Romande, Pro Helvetia, Fondation Ernst Göhner Coproduction associée Oriental - Vevey, Commune de Plan-les-Ouates, Tanzhaus – Zürich Collaborations La Bavette P’tit théâtre de la Vièze, CCN-Théâtre du Pommier, TLH (Théâtre Les Halles), Festival Tanz in Winterthur, dans le cadre duFond des programmateurs jeune public, reso - réseau danse suisse

Avec «Sugungga», la chorégraphe helvético-coréenne YoungSoon Cho Jaquet propose une approche originale de la danse contemporaine. A travers cette nouvelle création, elle s’associe à la yodeleuse Héloïse Heïdi Fracheboud et à la percussionniste Alexandra Bellon pour créer une version contemporaine du pansori – un récit chanté traditionnel coréen – qui raconte les aventures du Roi dragon de la Mer du Sud, de la tortue et du lapin sauvage. Le roi souffre d’une affection qui ne peut être guérie que par le foie d’un lapin. Il ordonne donc à ses ministres d’aller sur la terre ferme en chercher un. La tortue se porte volontaire pour cette mission.

Le pansori convoque originellement la voix, la percussion et le mouvement. Il est considéré comme un des arts les plus représentatifs de Corée ayant survécu oralement jusqu’à nos jours. La création de «Suggunga» est l’occasion de revisiter une tradition ancestrale par le geste contemporain et de créer des passerelles entre deux cultures: l’imaginaire coréen au sujet de la Suisse rencontre l’imaginaire suisse au sujet de la Corée. Au cœur de ce double mouvement, une yodeleuse, une percussionniste et une danseuse partagent la scène pour toucher le jeune spectateur en misant sur les éléments les plus fondamentaux que partagent leurs pratiques.

La force de YoungSoon Cho Jaquet est de parvenir à évoquer des univers à la fois étranges et accueillants. Aussi, plutôt que de rendre les thèmes et l’histoire de «Sugungga» compréhensibles par la parole, l’enjeu est de les faire ressentir par le corps en mouvement, le rythme et la voix chantée ainsi que par les différents moyens qu’offre une scène (lumière, scénographie, costumes). Dans ce sens, la scénographie est évolutive, à la fois représentative et abstraite.

L’idée est de confronter les enfants à une forme d’altérité, tout en réussissant à les faire entrer dans cette histoire à la fois exotique et familière par le biais d’éléments communs à toutes les cultures. Le très jeune public a tendance à vouloir «participer» à la représentation en manifestant sa présence par des mouvements et des interjections à destination des interprètes. Cette attitude fait parfaitement écho à l’univers du pansori puisque, lors des représentations traditionnelles, les spectateurs relancent sans cesse les interprètes avec des cris rythmiques codés qui créent une ambiance irremplaçable. «Olssigu!», crient-ils pour manifester leur plaisir.

Distribution...

Atelier de danse autour de «Sugungga»

Informations...

Auteur

de YoungSoon Cho Jaquet

Genre

Danse

Age conseillé

Dès 4 ans

Durée

45 min.

Origine

CH

Lieu

Le Pommier

Dossier de presse

Télécharger le PDF